Chant I - séance 3 : "les quêtes des dieux"

Publié le par Cyprius

Chacun des Scions est ainsi parti à la recherche de sa mère ou de son père divin. Les scènes qui ont suivi n'ont pas vraiment été jouées en solo, surtout parce qu'il n'y avait pas vraiment de secret à cacher. Les autres joueurs ont donc pu assister aux quêtes de leurs compagnons.

L'ÉPREUVE DE VIDAR
Sean McCray a d'abord pensé que, en tant que dieu de la justice et de la vengeance, Vidar se trouverait plus facilement dans le sillage d'actes criminels. Il a donc suivi attentivement les différents appels lancés aux postes de police de San Francisco. Il est tombé sur une bande d'adolescents mexicains à la petite semaine, mais pas de trace de Vidar. Dépité, il est rentré chez lui, dans son appartement rempli par les cartons qu'il n'a pas eu le temps de défaire depuis qu'il s'est séparé de sa femme. Peu après, la porte d'entrée vola en éclats et un groupe d'hommes baraqués moustachus aux cheveux longs armés de grosses massues fit son apparition pour tout casser dans l'appartement. Le combat s'ensuivit, au cours duquel Sean réalisa avec stupeur qu'aucun de ses pouvoirs divins ne fonctionnait et qu'il n'avait pas d'autre choix que de recourir à la force brute de ses poings nus. Une fois que Sean se fut débarrassé de ses adversaires, il crut pouvoir souffler un peu, mais un homme d'une taille impressionnante (2,50m) surgit tout à coup, le prit à la gorge et le souleva en l'air d'une seule main avant de le projeter violemment contre un mur. Quand Sean reprit connaissance, il constata que son appartement (et les autres adjacents) était entièrement détruit, et le géant se tenait toujours face à lui. Ce dernier fit des commentaires sur la fragilité des constructions du Monde Plat et la petite santé des mortels. Sean réalisa alors que ce géant était Vidar. Le dieu lui révéla ensuite qu'une catastrophe avait eu lieu à Asgard : des Alfar maléfiques se sont échappés de leur prison et Heimdall a pu repérer qu'ils étaient plusieurs à s'être dirigés dans la région de San Francisco pour une raison encore inconnue. Ces Alfar sont apparemment dirigés par un certain Malekith, qui s'est arrogé le titre de Prince des Alfar et est l'artisan principal de cette évasion. Le Scion est donc chargé d'enquêter et de capturer ces Alfar pour qu'ils puissent être reconduits en Asgard.

L'ÉPREUVE DE BASTET
Emy Canrad, quant à elle, s'est intéressée à l'aspect curieux et innovant de la désse chatte. Elle s'est donc dit que sa mère pouvait se trouver dans un centre universitaire à la recherche de pratiques scientifiques les plus poussées. En enquêtant sur le campus de l'université de Berkeley, elle chercha des informations sur une nouvelle étudiante particulièrement prometteuse et qui s'intéresserait autant aux sciences qu'aux sports. Elle fut orientée vers un groupe de pom-pom girls s'entraînant dans le stade à proximité. Une fois arrivée sur place, une d'entre elles se mit à courir dans la direction opposée à Emy à une vitesse ahurissante. Une course-poursuite se déclencha alors sur le campus, mais Emy abandonna bien vite, frustrée d'être confrontée à une concurrente encore plus agile qu'elle. Elle rentra donc chez elle, dans la collocation qu'elle occupe avec deux autres personnes. À peine couchée, elle entendit un son aigu dehors, en provenance des toits. En ouvrant ses fenêtres, elle vit un chat d'une blancheur immaculée sur le toit en train de faire sa toilette. Elle voulut l'approcher, mais le chat recula à bonne distance, mais toujours visible. Emy persista et une nouvelle course-poursuite eut lieu, mais cette fois-ci sur les toits ! Les choses se compliquèrent lorsqu'une horde de chats aux griffes acérées collèrent la Scion d'un peu trop près, mais Emy finit par y échapper et retrouva le chat blanc qui revêtit l'apparence d'une magnifique femme brune vêtue d'une sorte de robe de soirée d'une couleur semblable à la pleine lune, allongée sur un toit. Emy comprit bien sûr qu'elle se trouvait face à Bastet. Sa mère lui confia alors la garde d'un vase canope dissimulé sous les traits d'un pendentif représentant un vase égyptien à tête de faucon. Bastet ne lui dit rien de plus, si ce n'est que quatre vases de ce type ont été confiés à quatre Scions Pesedjet par leurs parents divins : Bastet, Thoth, Isis et Anubis.

L'ÉPREUVE D'AMATERASU
En premier lieu, l'agent Fujiwara a pensé que sa mère serait plus facile à trouver des lieux dédiés à la culture japonaise. Elle arpenta le Japan Town de San Francisco ainsi que le Golden Gate Park qui abrite des bâtiments inspirés de la civilisation nippone, en vain. Elle se mit alors à arpenter les rues de la ville en espérant que sa beauté asiatique suffirait peut-être à interpeller sa mère divine. En affichant autant sa beauté surnaturelle, elle devint rapidement l'objet de la convoitise d'hommes aux manières très peu subtiles. Un groupe d'entre eux essaya de lui tendre un piège en l'orientant dans la mauvaise direction, mais Naoko eut rapidement recours à ses compétences martiales aussi affinées que sa beauté pour se débarrasser de ces importuns. Elle tomba ensuite sur un concours de mannequinat sauvage lancé dans la soirée. Elle décida d'y participer et, après avoir activé la Prouesse d'Apparence Epique Centre d'Attention en défilant en sous-vêtements sur le podium, elle emporta le concours haut la main, si bien que son apparition fugitive commença à faire le tour des médias du coin et au-delà... Quoi qu'il en soit, Naoko s'éclipsa promptement et remarqua qu'une des participantes recalées était partie en courant se diriger vers le toit du bâtiment. Elle la suivit et là elle comprit que la perdante malheureuse avait envie de se suicider ! Naoko usa de toutes ses qualités naturelles de persuasion pour dissuader la jeune fille de son entreprise. C'est alors qu'une photographe fit son apparition sur les lieux et tendit une photo à la jeune fille en lui affirmant qu'elle n'était pas dénuée de toute beauté. Celle-ci, rassérénée après avoir vu cette photo, quitta les lieux et Naoko comprit que la photographe était Amaterasu elle-même. La déesse japonaise lui demanda d'extraire du corps de quatre descendants de la première famille impériale quatre pierres précieuses permettant de reconstituer le collier d'Amaterasu. D'après le destin, ces quatre descendants devraient se trouver ou arriver dans la région de San Francisco. Chacune de ces pierres représente une des Vertus privilégiées par le panthéon Amatsukami : Devoir, Endurance, Intellect et Valeur. Avant de partir, Amaterasu prévint sa fille que Susano-o, son éternel rival, était sûrement à la recherche de ce collier et qu'elle devait s'attendre à croiser un de ses Scions sur son chemin.

L'ÉPREUVE DU BARON SAMEDI
John Aaron Cimetière se rendit dans un cimetière municipale pour pratiquer divers rites vaudous afin d'entrer en contact avec son père. Mais il fut repéré et fortement admonesté par une vieille dame qui avait pour habitude de se rendre tous les jours très tôt le matin dans le cimetière pour déposer des fleurs sur la tombe de son défunt mari. Elle fut scandalisée par ces rites païens et cria à la profanation de sépulture jusqu'à ce que le gardien du cimetière arriva sur place. Les explications furent âpres mais l'agent du FBI usa de sa carte fédérale pour expliquer qu'il était en mission de reconnaissance, ce qui réussit à convaincre (mais de justesse) le gardien. Miss Marpleton (la vieille dame en question) s'en alla, visiblement très sceptique, pestant contre la décadence d'une société qui ne respecte plus l'adage WASP (White Anglo Saxon Protestant) et qu'ils seront tous châtiés par le jugement dernier. John Aaron Cimetière prit le parti d'écumer les bars et les boites de nuit en espérant tomber sur un signe de la présence et des farces de son père. L'agent était persuadé qu'il serait en lien avec un quelconque trafic de drogue. Il tomba en fait surtout sur une bande de jeunes lycéens qui avaient pour entreprise de passer une nuit dans un cimetière réputé pour être hanté afin de tester leur bravoure. John décida alors de suivre les adolescents pour leur donner la peur de leur vie. Il usa de ses pouvoirs pour créer plusieurs sortes d'événements surnaturels destinés à faire glacer le sang de ces jeunes inconscients, avec une certaine efficacité. Une fois sa blague accomplie, un squelette s'extraya de la tombe et s'introduisit lui-même avec un simple "Je suis ton père !" Après moult tergiversations, distractions et pas de danse, Baron Samedi demanda à son Scion de s'occuper des Toussaint, une famille de fantômes qui hantent plusieurs endroits de la ville et nuisent à l'équilibre entre le monde des morts et celui des vivants.

Commenter cet article