Mythe : Amaterasu

Publié le par Cyprius

Amaterasu est peut-être la divinité la plus importante du Shintô, la religion indigène du Japon. Son nom signifie : "celle qui fait resplendir les cieux" et elle est la déesse du soleil, ainsi que la chef du panthéon. Elle est importante parmi les Kami parce qu'elle est celle qui a donné naissance à la famille impériale du Japon.

Amaterasu naquit de l'œil gauche d'Izanagi (le premier dieu mâle du panthéon japonais) lorsque ce dernier s'essuya après s'être purifié dans une rivière sacrée, acte consécutif à son échec dans sa volonté de ramener Izanami, sa bien-aimée, de l'au-delà. Tsuki-yomi, la déesse de la lune, naquit elle de son œil droit et Susano-o, le dieu des tempêtes, sortit de son nez. Amaterasu reçut de son père le domaine du ciel et de la terre, et celui de la mer échut à Susano-o. Ce dernier s'estima mécontent de son sort et revendiqua la territoire de sa sœur. Il s'invita dans le domaine d'Amaterasu et se montra un hôte particulièrement grossier et sur terre, il ne cessait d'attiser les tempêtes sur les rizières, les fossés d'irrigation et les palais de la déesse.

Emplie de fureur par ses agissements et n'acceptant pas que les autres dieux puissent encore tolérer la présence de son frère, elle décida de se réfugier dans une caverne dont elle fixa solidement la porte, ce qui entraîna la disparition du soleil sur terre. Cette caverne est située géographiquement à Ama-no-Iwato, au sud-est de la ville nippone de Nara, dans la région de Yamato (cœur de l'ancien Japon et région abondante en lieux sacrés). Tous les dieux se réunissent et délibèrent pour savoir comment faire pour qu'Amaterasu veuille bien sortir. Taka-mi-musubi, le Dieu de la ruse, va proposer un stratagème :

« Il réfléchit qu'après-tout la Déesse est femme... Peut-être pourrait-on agir sur elle en éveillant sa curiosité, suscitant sa jalousie, utilisant sa coquetterie.
Les Dieux font venir le divin forgeron à l'œil unique, et le chargent de confectionner un miroir. On met devant la caverne, juste en face de la porte, un miroir magnifique. Sur ce miroir, on place un collier de joyaux, et d'autres offrandes, étoffes blanches, étoffes bleues.
Près de la caverne, on installe une planche sur des tréteaux, et l'on demande à la déesse Uzume d'y danser.
Quelque lumière filtre-t-elle de la caverne ensoleillée ? ou bien les yeux des Divinités célestes se sont-ils peu à peu habitués à l'obscurité ?
En tout cas, tous aperçoivent la joyeuse Déesse. Et déjà tous sourient en voyant apparaître son visage hilare et rond, aux yeux amusés, aux grosses joues percées de fossettes.
Sur le tréteau, Uzume danse.
Elle danse une danse comique, de plus en plus comique. Et les Dieux s'amusent de plus en plus.
Un immense éclat de rire retentit et paraît secouer toute la Voie lactée.
Amaterasu entend ce bruit formidable. Elle s'en étonne. La curiosité commence à troubler son âme.
La Déesse se décide à entrouvrir un peu la porte de sa caverne. Elle crie :
- Je pensais que mon départ vous attristerait tous. D'où vient que vous vous réjouissiez en mon absence ? D'où vient que vous riiez ainsi tous ensemble, ô vous les huit millions de Dieux ?
L'astucieuse Uzume ne réfléchit pas longuement avant de trouver une réponse. Pleine d'à-propos, elle s'écrie :
- Pourquoi sommes-nous gais ? Pourquoi nous réjouissons-nous ? Parce qu'il y a parmi nous une Divinité nouvelle, d'une beauté qui surpasse encore celle de ton auguste personne !
La curiosité de la divine prisonnière s'avive encore, et se nuance d'inquiétude. La jalousie mord le cœur et pince les lèvres d'Amaterasu.
Une Déesse nouvelle, et plus belle ? Comment peut-elle être ?... La Déesse du Soleil voudrait bien contempler cette rivale. Elle ouvre encore plus la porte de la caverne.
Qu'aperçoit-elle ?... Dans le miroir placé en face d'elle brille l'image magique d'une étincelante Divinité. Cette Déesse si belle, n'est-ce pas sa propre personne ?...
La coquetterie l'emporte sur la prudence et sur la mauvaise humeur. Amaterasu se rapproche de son image enchanteresse. Alors un Dieu la prend par la main ; et un autre jette derrière elle une corde de paille destinée à l'empêcher de retourner en arrière. La lumière est rendue au monde !
Amaterasu consent à rester parmi les Dieux si ceux-ci châtient son frère Susano-o. Alors les huit cent myriades de Dieux lui coupent la barbe, lui arrachent les ongles des mains et des pieds, l'expulsent du Ciel, l'envoient sur la terre. » (Félicien Challaye, Contes et légendes du Japon, éditions Fernand Nathan, p.30-33)

Après l'exil de son frère, Amaterasu dépêcha le prince Ninigi, son petit-fils, pour qu'il puisse conclure un accord avec un des descendants de Susano-o, Okuni-nushi (connu également sous le nom de Daikoku-sama). Ninigi possédait trois reliques sacrées : un miroir sacré, une épée magique et un bijou de fertilité (le maga-tama). Amaterasu désigna Okuni-nushi comme protecteur perpétuel de la famille impériale fondée par l'arrière-petit-fils de Ninigi, Jimmu-tennô.

Amaterasu possède un des temples les plus sacrés du Japon : le Ise-jingû. Celui-ci est censé renfermer le miroir sacré de la déesse, apporté par le prince Ninigi. Ce temple est également particulier car la tradition veut qu'il soit démoli et reconstruit tous les vingt ans (la dernière fois eut lieu en 1993), coutume héritée depuis le VIIIème siècle dans le but de renouveler les effigies des divinités et donnant aux lieux un savant mélange d'ancien et de nouveauté.

Commenter cet article

Diddu 24/09/2009 21:57


Le jeu vidéo Okami est entièrement basé sur les mythes et légendes shinto. Je les explore sous cet aspect sur mon blog si cela t'intéresse :
http://experience-japon.over-blog.com/categorie-11056810.html
Il me semble que c'est un point de vue qui apporte un autre éclairage différent.