Mythe : Ryûjin

Publié le par Cyprius

Ryûjin est le dragon divin de la mer dans la mythologie shinto. Il réside dans Ryûgû, son palais au fond de l'océan. Il contrôle le mouvement des vagues par l'intermédiaire d'objets magiques : les Joyaux des Marées. Une légende rapporte qu'il y a plusieurs siècles de cela, Jingo, l'Impératrice du Japon voulut envahir la Corée et pria le dieu afin qu'il lui prête les précieux Joyaux. Une fois les objets obtenus, elle jeta dans l'eau devant la flotte coréenne le Joyau de la Marée Basse : les navires ennemis ne pouvaient plus avancer puisqu'il n'y avait que du sable autour d'eux et les Coréens descendirent à terre. C'est alors que l'Impératrice jeta le Joyau de la Marée Basse et ses adversaires périrent noyés. Par la suite, le fils de l'Impératrice, le prince Ojin, reçut les Joyaux des Marées.

Dans les rites shinto, c'est à lui qu'on adresse les prières pour la pluie devant les étangs, les marécages, les rivières et autres points d'eau qui sont considérés comme les domaines de Ryûjin ; on raconte aussi que le kami de la mer remonte vers le ciel lorsque survient une tornade. Bien entendu, ce sont surtout les pêcheurs qui vénèrent Ryûjin en espérant une mer calme et une pêche fructueuse. Une superstition rapporte qu'il est interdit de jeter du métal dans l'océan car cela peut blesser les serpents de mer et les mettre en colère (Ryûjin compris).

Mais la légende la plus connue liée au kami de la mer est celle du pêcheur Urashima Tarô : pour avoir sauvé une tortue, il fut autorisé à résider plusieurs jours durant dans Ryûgû et à jouir de ses merveilles. Quand il se fut lassé de son séjour, on lui permit de repartir chez lui et on lui donna une boîte incrusté de joyaux. De retour dans son village, il se rendit compte que plus de 300 années avaient passé et que personne ne se souvenait de lui ni de ses proches. Il finit par ouvrir la boîte qui libéra un nuage blanc et mourut aussitôt car celle-ci contenant les années qui s'étaient écoulées. Cette légende s'inscrit dans une lignée du folklore qui rapporte que richesses et trésors se trouvent au fond de l'océan.



L'illustration ci-dessous est en fait un triptique représentant un héros japonais (un certain Tawara Toda Hidesato) chevauchant une tortue géant et escorté par une multitude de créatures de la mer : poissons, crabes, homards, pieuvres, etc. Le cortège se dirige vers le palais de Ryûjin, le Roi-Dragon, à qui Hidesato a rendu un service en tuant d'une flèche Mukade, le terrible monstre mille-pattes. Ryûjin le récompensa en lui offrant : un rouleau de soie qui ne pouvait être coupé ; un sac de riz inépuisable ; une marmite capable de faire cuire des aliments sans feu ; et une grande cloche de bronze.



Normalement Ryûjin a l'apparence d'un dragon des mers et les tortues sont ses messagers favoris. Dans God, il est indiqué qu'il peut aussir revêtir la forme d'une tortue de mer géante ou d'un serpent de mer, et bien d'autres encore. Plusieurs légendes dépeignent le caractère colérique du kami de la mer : par exemple, la méduse serait devenue un animal invertébré car Ryûjin l'aurait écrasée, ne supportant pas qu'elle soit revenue bredouille alors qu'elle devait lui rapportait le foie d'un singe pour son dîner (la méduse fut victime d'une ruse du singe). Par ailleurs, Ryûjin aurait donné naissance à une Scion réputée pour sa beauté : Otohime (ou bien aussi Toyotama) qui eut un enfant avec Hôri, un chasseur qui deviendrait l'ancêtre des empereurs japonais (ce qui signifie donc que Ryûjin est un des ancêtres de la famille impériale).

Commenter cet article