Mythe : Charybde et Scylla

Publié le par Cyprius

L'expression française "tomber de Charybde en Scylla" (c'est-à-dire s'écarter d'un danger pour tomber dans un autre plus grand) est directement empruntée à l'épisode de l'Odyssée où ses deux monstres de la mythologie grecque apparaissent. Au Chant XII, Homère raconte comment le bateau d'Ulysse, voulant éviter le passage trop près de Charybde, navigue devant l'antre de Scylla qui lui dévore six de ses hommes.

Dans la mythologie grecque, Scylla était la fille de Phorcys (une ancienne divinité marine) et d'Hécate. On a également raconté que c'était une nymphe à l'origine, transformée en monstre par une rivale en amour (Circé ?). On la représente pourvue de six têtes, dont chacune a un triple rang de dents, et douze pieds ; ce serait donc une sorte de poulpe monstrueux et l'Odyssée rajoute que Scylla aboie comme un petit chien. Elle vit dans une grotte, dans le détroit de Messine (entre la Sicile et l'Italie) et un rocher battu par les flots s'appelle encore aujourd'hui Scylla. Elle se nourrit de poissons mais dévore aussi les marins lorsqu'un navire s'approche de trop près.

Quant à Chaybde, c'est moins un monstre qu'un énorme et dangereux tourbillon d'eau. Le mythe rapporte que c'était la fille de Poséidon et de Gaïa et qu'elle absorbait l'eau de la mer et la rejetait trois fois par jour. Elle aurait été punie en raison de son appétit vorace lorsqu'elle dévora les bœufs sacrés de Géryon. On situait Charybde en face de la grotte de Scylla, dans le détroit de Messine. Le tourbillon monstrueux était finalement considéré comme plus dangereux que Scylla car Circé avait prédit à Ulysse qu'il perdrait tout son équipage en passant trop près de Charybde et seulement six marins s'il choisissait la voie de Scylla.

Les deux monstres apparaissent dans la liste des antagonistes de Demigod (p.266-267). Charybde est toujours décrite comme un tourbillon gigantesque, tandis que Scylla est devenue une des créations d'Ixion : une monstruosité mécanique construite à partir de restes humains et de morceaux d'une plate-forme pétrolière.

Commenter cet article