Mythe : Tezcatlipoca

Publié le par Cyprius

Tezcatlipoca est un des dieux les plus connus du panthéon des dieux aztèques. C'est à l'origine une divinité astrale et il semble avoir joué un rôle de plus en plus important dans la théologie des prêtres aztèques. Tezcatlipoca est d'abord le dieu qui voit tout alors que lui demeure invisible ; en tant que "vent de la nuit", il est le symbole de la Grande Ourse et du ciel nocturne. Il pouvait également protéger les jeunes guerriers et les esclaves, inspirait les électeurs lors du vote devant désigner le souverain, châtiait et pardonnait les fautes.

Le jaguar est l'animal emblématique de Tezcatlipoca, car les taches sur le pelage du félin correspondaient au ciel nocturne tacheté d'étoiles cher au dieu des ténèbres. Dans la mythologie aztèque, les jaguars avaient mis fin au premier monde en massacrant les hommes. En fait, les légendes précisent que le monde actuel avait été précédé de quatre autres univers et Tezcatlipoca eut sa part dans la destruction du deuxième monde aux côtés de Quetzalcoátl qui fit souffler une tempête magique métamorphosant les hommes en singes. Durant la période du quatrième monde, un homme et une femme furent les seuls survivants du déluge qui frappa les hommes en se mettant à l'abri dans le tronc d'un cyprès, mais Tezcatlipoca les transforma en chiens pour avoir désobéi à ses ordres.

En dehors du jaguar, le miroir fumant est aussi le symbole du dieu puisqu'il correspondrait à une traduction possible du nom Tezcatlipoca. Le collier du dieu lui permettait aussi de voir l'avenir et de sonder le coeur des hommes. Enfin, il lui manquait un pied car un monstre issu de la terre le lui avait arraché avant la création des hommes et à place était attaché un sabot de cerf pour représenter son agilité et sa rapidité.

La légende la plus connue à son sujet est bien entendu sa rivalité avec son frère (et son sempiternel ennemi) Quetzalcoátl : en le corrompant avec de l'alcool et l'offre de plaisirs charnels, Tezcatlipoca parvint à chasser le bienveillant Serpent à Plumes pour imposer au Mexique la tradition des sacrifices humains. Selon la théologie aztèque, la mission de l'homme consistait à repousser infatigablement l'assaut du néant et pour ce faire il fallait fournir au soleil suffisamment de sang pour alimenter son énergie. Quetzalcoátl lui ne voulait sacrifier que des papillons, des oiseaux et des serpents, mais Tezcatlipoca l'avait vaincu. Chaque année, par exemple, un jeune homme parfait en tous points s'offrait en sacrifice à Tezcatlipoca - que l'on représentait aussi parfois comme un beau jeune homme. Durant ces sacrifices, quatre jeunes vierges étaient considérées comme les épouses du dieu le temps des festivités qui s'ensuivaient.

De manière générale, le dieu était craint car il était surtout connu pour être lunatique : capable de répandre aussi bien santé et fortune que misère et mort.

Commenter cet article